En France, 50 000 personnes ignorent leur séropositivité. Un dépistage et un accès au traitement tardifs entraînent une perte de chances thérapeutiques considérable pour les personnes infectées avec une morbidité et une mortalité accrues. Au plan collectif, ils contribuent au maintien de l'épidémie.

 

C'est pourquoi à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida du 1er décembre, le ministère chargé de la Santé et l’Inpes (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) conduiront une grande campagne de sensibilisation pour inciter chacun à se faire dépister, et à en parler à son médecin traitant.

 

 

 

 

L’Inpes lance du 28 octobre au 4 décembre 2011 une nouvelle campagne en direction des femmes de 20 à 35 ans sous contraceptif oral. Elle interroge l’adéquation de leur contraception avec leur situation personnelle et rappelle qu’en cas d’oublis fréquents, d’autres modes de contraception peuvent être envisagés.

 

Près de 200 000 IVG par an en France. Pourquoi ce chiffre alors que 9 femmes sur 10 ne souhaitant pas avoir d’enfant utilisent une méthode contraceptive ? Chez les 15-24 ans, près d’1 grossesse sur 2 n’est pas prévue. 66 % des femmes sous pilule l'oublie au moins une fois par an (et 21 % au moins une fois par mois). Ceci fait de la pilule la deuxième cause d'IVG après l'absence de contraception et les méthodes naturelles.

 

 

 

Un spot TV est diffusé, et l'INPES met à disposition des professionnels de santé une carte "Que faire en cas d’oubli de pilule ? une affiche  À chacun sa contraception, une brochure La contraception : comment mieux la personnaliser ? et un document d'une nouvelle collection Les essentiels de l’Inpes

 

Pour en savoir plus

http://www.choisirsacontraception.fr/

   

 

 

Vous trouverez au CODES du Cher les nouvelles affiches 2011 de l'INPES

A chacun sa contraception et le dépistage du sida.

 

     2011 Sida

    2011 Contraception

Tag(s) : #Info santé
Mentions légales